Bulletin n° 11 - Beverley McLachlin

Ouverture de la Conférence

Allocution de bienvenue par Beverley McLachlin

Juge en chef du Canada

 

Bonjour à toutes et à tous.

Un chroniqueur judiciaire américain d’expérience a décrit ainsi les membres de sa profession, et ce, en exagérant à peine :

« Pour la plupart, nous ne possédons aucune qualification et nous sommes obsédés par l’heure de tombée. Notre capacité d’attention est limitée et nous avons une préférence innée pour les reportages à chaud plutôt que les exposés lumineux, et pour la simplification plutôt que la nuance (1). »

C’est peut-être bien pour cela qu’Hillary Clinton a dit un jour : « Si je veux qu’une nouvelle cesse de faire la manchette, je n’ai qu’à changer ma coiffure. »

Mais il n’en reste pas moins que ce sont ces mêmes médias qui rapportent ce qui déroulent devant les tribunaux, et qui commentent et critiquent le processus judiciaire. En d’autres mots, ils agissent comme intermédiaires entre le système de justice et la population que celui-ci sert. En raison de cette dynamique, les médias occupent une place d’une importance cruciale dans la société.

La question qui se pose consiste donc à déterminer comment les médias et les tribunaux peuvent coexister et entretenir des relations harmonieuses et productives. Nous consacrerons les deux prochains jours à chercher des réponses à cette question.

Avant d’aller plus loin, j’aimerais souligner de façon toute particulière la contribution de Monsieur Mohamed Achargui, Président de l’ACCPUF et Président du Conseil constitutionnel du Royaume du Maroc, ainsi que celle de mon collègue le juge Richard Wagner. Sans leur contribution, la présente conférence n’aurait pu avoir lieu.

Nous comptons parmi nous de nombreux invités de marque, et il serait malheureusement trop long de les présenter tous. Mais je m’en voudrais de ne pas signaler la présence de Madame Martine Anstett, Sous-directrice démocratie, droits de l’Homme de l’Organisation internationale de la Francophonie. Enfin, je suis très heureuse de souligner la présence de Monsieur Schnutz Durr, Chef de la Division de la justice constitutionnelle de la Commission de Venise et Secrétaire de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle.

Permettez-moi, Mesdames et Messieurs les membres de l’Association des Cours Constitutionnelles ayant le Français en Partage, distingués invités et chers amis, de vous souhaiter à nouveau la plus cordiale des bienvenues, ainsi que des échanges enrichissants tout au long de ces deux jours.

 

(1). T. Mauro, « Five Ways Appellate Court Can Help the News Media » (2007), 9 Journal of Appellate Practice and Process 311, à la p. 312. (traduction)

 

Qui sommes-nous ?

L'ACCPUF est une association réunissant des Cours constitutionnelles ou institutions équivalentes membres de l'espace francophone.


Base CODICES

Accédez à la jurisprudence de certaines Cours membres de l'ACCPUF en utilisant la base de données de la Commission de Venise (Conseil de l'Europe)

Accès à CODICES

En savoir plus